Les Triandines, un projet pour le territoire

L’Atelier-Chantier d’Insertion (ACI) Les Triandines est devenu un acteur solide de l’économie sociale et solidaire sur le territoire de Grand Chambéry et au-delà. Aujourd’hui l’association est à un tournant : nous réfléchissons à faire évoluer les conditions de travail de l’équipe et l’accueil de nos adhérents dans un bâtiment vieillissant qui n’est plus aux normes et nous devons également évoluer dans notre projet économique.

Depuis 2018, suite au départ de la SARL Environ’Alpes à Seynod, nous disposons de la totalité d’un bâtiment (ancienne menuiserie) de 1000 m2. Un travail est en cours avec un architecte pour concevoir un site restructuré et modernisé qui serait exemplaire en matière de consommation énergétique et d’eau. Un premier pas est franchi depuis cet été 2021 avec l’aménagement d’un bassin de stockage de 5 000m3 d’eau pluviale qui nous rend autonomes pour l’irrigation des trois hectares de cultures maraîchères dont 15 tunnels ainsi qu’une serre de plants.

Les Triandines ont toujours innové et continueront dans cette voie.

Les Triandines font l’actualité de l’Agence de l’eau

La réserve de 5 000 m3 d’eau pluviale des Triandines fait l’objet d’un reportage dans la publication « Sauvons l’Eau ! » . En effet, après deux mois de travaux, notre Atelier-Chantier d’Insertion va disposer d’un bassin de stockage qui permettra d’être autonomes pour l’irrigation de notre exploitation maraîchère et de ne plus peser sur la ressource en eau potable de notre territoire.

Les travaux d’un montant de 300 000 € ont bénéficié d’un financement de l’Agence de l’Eau. et de l’accompagnement technique du Cisalb, Comité intercommunautaire
pour l’assainissement du lac du Bourget
.

Le saviez-vous ? Depuis 2009, le bassin versant du Lac du Bourget, dont fait partie Cognin, la commune d’accueil des Triandines, est classé en déficit quantitatif. Des arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l’eau se multiplient chaque année.

Les sous-bassins versants de la Leysse (d’où vient le captage alimentant le réseau des Triandines) et de l’Hyères (celui où sont situés Les Triandines), sont en équilibres jugés précaires. Un compteur a même dû être fermé en 2019, privant les Triandines d’un appoint supplémentaire avec une pression d’usage efficace dont nous sommes maintenant privés.

C’est dans ce contexte que le Conseil d’administration a cherché une solution technique, et accompagné par le Cisalb, décidé d’investir dans un bassin de stockage d’eau pluviale associé à la rénovation/modernisation du réseau d’irrigation.

L’autonomie en eau et la diminution de la vulnérabilité aux restrictions d’eau, permet d’envisager à la fois une adaptation au changement climatique et une sécurisation de la production face au risque sécheresse mais pas seulement ! Cela va aussi améliorer les conditions de travail.

Le pilotage automatique de l’irrigation et la modernisation du réseau va libérer une quantité considérable de temps de travail : en période haute (trois mois), ce sont trois heures trente par jour qui sont consacrées à la mise en place, l’adaptation, la programmation, etc de l’irrigation. Autant de temps qui n’est pas passé avec les salariés en Insertion. Avec le système automatisé, ce temps dédié à la mise en place de l’irrigation ne sera plus que de trente minutes. Ainsi le gain de temps à consacrer aux salariés en insertion est considérable. Et notre mission d’accompagnement ne peut qu’en être améliorée.

Le projet a bénéficié des compétences de Jean-Claude Beltrame, ingénieur structure en génie civil, adhérent des Triandines, qui a piloté le dossier en lien avec le Cisalb. Le chantier a été confié à l’entreprise Piantoni TP, implantée à Saint-Baldoph.